Des rétroactions négatives des politiques pourraient empêcher le Nouveau-Brunswick de décarboniser son secteur électrique

Publié le lundi 15 août 2022

Auteur : Dr. Heather Millar

Professeure adjointe, Sciences politiques, Université du Nouveau-Brunswick

Ancienne boursière postdoctorale d'Énergie positive

 

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a récemment annoncé qu'il est “ à la tête du pays ” en ce qui concerne la réduction de ses émissions de GES, “ en bonne voie pour atteindre l'objectif national de 40 à 45 % sous les niveaux de 2005 ”. Le secteur électrique du Nouveau-Brunswick est actuellement alimenté par des sources non émettrices à 80 %. Cette réalisation est inattendue car elle provient d'une province traditionnellement dépendante des combustibles fossiles, avec des similitudes dans son mix énergétique avec l'Alberta, la Saskatchewan et la Nouvelle-Écosse. Le succès du Nouveau-Brunswick est-il trop beau pour être vrai ?

Les décisions antérieures en matière de politiques climatiques influencent la trajectoire future

Les spécialistes des sciences sociales du climat nous invitent à être prudents dans nos évaluations du succès - les politiques qui créent des réductions initiales des émissions de GES ne se traduisent pas toujours par des réductions importantes au fil du temps. Cela s'explique par le fait que les politiques climatiques ne s'attaquent pas uniquement aux problèmes environnementaux. Les politiques climatiques créent également des politiques - un processus que les politologues appellent "rétroaction des politiques". D'une part, des politiques bien conçues peuvent redistribuer les avantages économiques aux entreprises, aux groupes communautaires et aux citoyens, augmentant ainsi le soutien général. Par exemple, les politiques qui facilitent le développement de l'énergie éolienne peuvent créer de nouveaux emplois dans les communautés rurales pour l'entretien des éoliennes. Les politiques qui créent des avantages tangibles génèrent une rétroaction positive, ce qui accroît le soutien du public en faveur d'une action climatique accrue à l'avenir. D'autre part, les politiques climatiques peuvent également imposer des coûts aux communautés et aux résidents, qui peuvent alors s'organiser pour contester l'action climatique, comme le montre la mobilisation rurale contre les éoliennes dans le sud de l'Ontario, par exemple. Les politiciens des partis d'opposition peuvent également attirer l'attention des citoyens sur les coûts des ménages, compromettant ainsi le soutien à une future action climatique. Ces rétroactions négatives peuvent bloquer ou retarder l'action climatique, encourageant les dirigeants politiques à revenir sur des politiques climatiques impopulaires plutôt que de perdre une élection.

Succès initial du Nouveau-Brunswick dans la décarbonisation de son secteur électrique

Mes recherches actuelles portent sur les politiques climatiques provinciales à travers une lentille de rétroaction politique, démêlant comment les choix climatiques précoces pourraient contraindre ou faciliter notre capacité à continuer à mettre en œuvre des politiques climatiques à l'avenir. Dans un rapport de progrès final sur son plan d'action climatique de 2016, le Nouveau-Brunswick a noté que les gains dans le secteur électrique étaient dus en partie à l'augmentation des sources d'énergie renouvelables et à la fermeture des centrales au charbon et au pétrole pour la production d'électricité. La province a effectivement fait des choix prémonitoires au début des années 2010, en mettant en œuvre une norme de portefeuille d'énergie renouvelable de 40 % d'ici 2020 en 2011, et en créant un programme d'énergie renouvelable communautaire en 2015 pour permettre à Énergie NB d'acheter de l'électricité provenant de projets de production d'électricité autochtones et communautaires. À ce jour, ces programmes ont favorisé le développement de deux projets appartenant à la communauté par les Premières Nations de la province, ainsi que des projets de production intégrée et de facturation nette, faisant passer la production éolienne globale dans la province de 2 à 6 %. On peut penser que le succès de ces projets pourrait encourager d'autres communautés à investir dans les énergies renouvelables, générant ainsi des réactions positives.

Pourtant, comme l'a souligné le gouvernement, les réductions d'émissions du Nouveau-Brunswick dans la production d'électricité découlent principalement de la fermeture de deux centrales électriques à combustible fossile en 2010 et 2012. Bien que ces fermetures aient eu des effets bénéfiques importants sur le climat, leur décision a été motivée principalement par des préoccupations économiques, d'abord par l'évolution des marchés mondiaux, puis par les normes environnementales fédérales relatives aux émissions de mercure. Malheureusement, la fermeture de deux centrales n'a pas facilité la fermeture de la dernière centrale au charbon de la province, la centrale de Belledune. Cela est dû en partie à l'incertitude concernant les politiques fédérales en matière de climat - il a fallu attendre l'année dernière pour que le gouvernement fédéral confirme qu'il ne permettrait pas à la province de prolonger la durée de vie de la centrale au-delà de 2030.

Mais il a également été difficile de fermer Belledune pour les mêmes raisons que celles qui ont conduit au rejet de tant de politiques climatiques : les craintes de pertes économiques. Dans le cas du Nouveau-Brunswick, ces craintes sont exacerbées par des inquiétudes concernant la sécurité énergétique, inquiétudes qui, selon moi, sont le résultat des rétroactions négatives de la vente ratée d'Énergie NB à Hydro-Québec en 2010.

Les rétroactions négatives des politiques peuvent éclipser les positives

Les préoccupations du public concernant la souveraineté énergétique posent un problème pour la décarbonisation du secteur électrique au Canada en raison de deux réalités jumelles, l'une technique, l'autre politique. D'un point de vue technique, pour arriver à des réseaux électriques 100 % non polluants, nous avons besoin d'un approvisionnement en énergie de base ferme et propre, qui peut être fourni par l'hydroélectricité à réservoir, le nucléaire ou le gaz naturel renouvelable (p. ex., le méthane des sites d'enfouissement). À moins que le Nouveau-Brunswick ne parvienne à commercialiser de petits réacteurs modulaires ou de l'hydrogène vert en un temps record, la province devra avoir accès aux réservoirs hydroélectriques du Québec grâce à une nouvelle infrastructure de transport interprovinciale, qui sera construite dans le cadre d'une “boucle atlantique” régionale. Mais pour ce faire, la province doit faire face à un deuxième obstacle politique : le fédéralisme. La Constitution canadienne garantit à chaque province une souveraineté totale sur ses ressources énergétiques, ce qui rend difficile tout impératif national unilatéral. La décarbonisation exige de nouveaux niveaux de coordination interprovinciale, pour lesquels nos institutions politiques actuelles sont fortement sous-développées. Les décisionnaires, les régulateurs, les services publics et les citoyens du Nouveau-Brunswick devront faire confiance à leurs voisins provinciaux pour leur fournir de l'énergie de base lorsqu'ils en auront besoin. Malheureusement, les collectivités (et les dirigeants provinciaux) devront surmonter les rétroactions politiques découlant des échecs antérieurs à cet égard. Le Nouveau-Brunswick est peut-être " en bonne voie " vers un secteur électrique décarbonisé, mais comme pour tout voyage, les derniers 20 % seront les plus difficiles à atteindre.

La recherche sur laquelle s'appuie ce blogue est soutenue par l’initiative Greening Growth Partnership de l'Institut pour l’IntelliProspérité, grâce au financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Ce blogue a été copublié sur le site web de l'Institut pour l’IntelliProspérité.

Haut de page