Aligner la science, la société et la politique publique pour la transition énergétique

Publié le lundi 30 novembre 2020

Auteur : Ginny Flood

Présidente, Clean Resource Innovation Network (CRIN)

Le 17 novembre 2020, l'ISSP a organisé un panel intitulé Adapter la science, la société et les politique aux grands défis de notre époque à la Conférence canadienne sur les politiques scientifiques. Ce blog est une adaptation des propos de l’auteure.

L’avenir énergétique du Canada sera très différent de ce que nous connaissons aujourd’hui. L'avenir inclura à la fois l'énergie propre des hydrocarbures et les ressources renouvelables. Il est essentiel que notre environnement politique permette des voies diverses et inclusives construites grâce à la collaboration pour atteindre nos objectifs de Paris et au-delà.

La politique façonnera la façon dont nous aborderons le grand défi de l'atteinte du net zéro et elle éclairera également les perceptions du public. En 2015, j'ai déménagé en Alberta pour rejoindre le secteur pétrolier et gazier et en suis venu à comprendre les divers points de vue qui alimentent les conversations sur le pétrole et le gaz et la transition énergétique.

Je pense que nous devons être ouverts à toutes les solutions, plutôt que de choisir une voie plutôt qu'une autre. Si nous mettons tous nos œufs dans le même panier, limitons nos parcours et imposons des résultats spécifiques, cela réduit les opportunités et l'innovation. Une approche inclusive inclut les sociétés pétrolières et gazières du Canada, qui dépensent plus chaque année en innovation technologique propre que la plupart des autres secteurs. En même temps, nous devons également comprendre que ce n'est pas seulement un secteur, une région ou un groupe qui entraînera les réductions d'émissions. Nous devons nous demander comment la politique peut soutenir des efforts diversifiés, collaboratifs et à forte intensité scientifique.

Nous sommes plus forts en travaillant ensemble. C'est la philosophie que nous avons adoptée au Clean Resource Innovation Network (CRIN). Notre approche est une approche d'Équipe Canada, axée sur la diversité et l'inclusion dans tous les secteurs, régions et perspectives.

Nous apportons une multitude d'intérêts différents qui, traditionnellement, ne seraient pas assis aux mêmes tables pour parler d'innovation en matière d'énergie propre. Nous connectons le pétrole et le gaz avec les universités, les gouvernements, les investisseurs, les incubateurs, les PME, les entreprises de technologies propres et les communautés et entreprises autochtones, en mettant l'accent sur l'accélération de la recherche, du développement, du déploiement et, surtout, de la commercialisation de technologies propres. Nous sommes un rassembleur, un connecteur des nœuds au sein de notre écosystème d'innovation.

L'élaboration des politiques est devenue de plus en plus complexe et les attentes sociétales évoluent. Je vois souvent la science et les données utilisées comme un outil pour soutenir ou s'opposer à une direction politique spécifique, ce qui peut créer une perception de désalignement entre la science, la société et les impératifs politiques. Mais si nous pouvons nous mettre d’accord sur les résultats souhaités, alors l’innovation et la politique peuvent travailler ensemble pour fournir la voie de moindre résistance. Tout en élaborant de nouvelles politiques climatiques et environnementales, les gouvernements devraient se concentrer sur les résultats (c'est-à-dire la réduction des émissions de GES) plutôt que de choisir les gagnants et les perdants.

Nous pouvons y réfléchir concrètement. Les Canadiens comprennent que les changements climatiques sont réels, mais leurs opinions sur la façon de réduire les émissions varient considérablement d'un bout à l'autre du Canada. Pour les provinces qui ont une énergie renouvelable importante, il est tout à fait logique de plaider en faveur de l'électrification.Mais pour les provinces riches en ressources, leurs voies de réduction des émissions sont très différentes. Les secteurs traditionnels comme l'agriculture, les mines et le pétrole et le gaz investissent tous dans des technologies pour réduire les émissions. Cependant, les perceptions du public et l'acceptabilité publique de ces approches diffèrent considérablement.

Notre objectif doit être de réduire les émissions dans toutes les régions et tous les secteurs pour obtenir des effets durables à long terme.

Tel est le véritable défi de ce débat polarisant; nous avons besoin de groupes diversifiés pour aborder ces défis ensemble.Les innovations dans notre secteur de l'énergie contribueront efficacement à réduire les émissions et s'appliqueront à d'autres secteurs, lorsqu'elles sont vastes, inclusives et pancanadiennes.

Haut de page