Raisonnement motivé (RM) et le cadre BIAS FREE

Publié le mardi 15 janvier 2019

Auteur : Gregor Wolbring et Manel Djebrouni

Gregor Wolbring

Gregor Wolbring : Collaborateur, grappe de génomique, Projet @Risque, ISSP, uOttawa
Professeur agregé, Cumming School of Medicine, Université de Calgary

Manel Djebrouni : Étudiante de premier cycle au baccalauréat en réadaptation communautaire de l'Université de Calgary.

Le raisonnement motivé (RM) concerne la dynamique où les désirs et les désirs peuvent influer sur les processus de prise de décision et sur le traitement de l'information. Nous avons été exposés à la résonance magnétique dans le cadre d’une subvention au développement de partenariats du CRSH dirigée par Monica Gattinger, intitulée @Risque: Renforcer la capacité du Canada de gérer les risques. Le RM a été identifiée comme influençant la capacité de gestion des risques et influant sur les évaluations des risques par des experts et des profanes. L’un des objectifs du projet de recherche est d’évaluer le rôle de l’information sur les risques, de la communication et d’autres pratiques / structures pour tenir compte du RM dans la prise de décision en matière de risques.

Dans cet article, nous avons présenté quelques éléments de base de la gestion des enregistrements, constaté que celui-ci n’est pas lié aux personnes handicapées et souligné l’impact de la gestion des droits sur les personnes handicapées - y compris la génération de preuves, le contenu des médias, les relations entre groupes et entre tenir des discours publics, académiques et politiques sur la prise de décision, les décisions de financement et la sélection de projets académiques sur lesquels on pourrait travailler. Enfin, nous avons recommandé que des études soient effectuées sur le MR et les personnes handicapées.

Pourquoi nous avons choisi de nous concentrer sur le MR et les personnes handicapées :

Le RM est particulièrement présent si l’on dispose d’informations très divergentes pour justifier des positions inconciliables où l’un peut choisir l’un ou l’autre. Les gens utilisent souvent des stéréotypes pour renforcer leur RM et le RM est utilisé pour renforcer ces stéréotypes.

En ce qui concerne les personnes handicapées, trois discours sont contestés: le premier est lié à la classification du corps de la personne handicapée (médical ou négatif ou neutre ou positif); une seconde est de savoir si l'on perçoit l'invalidité ressentie par la personne handicapée comme étant a) dans la personne, b) dans l'environnement, ou c) dans les deux et le troisième discours, quelles sont les capacités attendues d'une personne. Comme nous le mentionnons dans l'article, le comportement du RM en relation avec la perception des personnes handicapées, la nature de l'invalidité et les capacités que l'on attend de celles-ci ont une incidence sur tous les aspects de la vie des personnes handicapées, y compris les relations entre les personnes, les médias personnes handicapées, l’élaboration de politiques, la génération de preuves et la participation des personnes handicapées à la prise de décision. "

Laissez-nous mettre en évidence un domaine discuté brièvement dans l'article plus en détail ici.

RM et le cadre BIAS FREE

BIAS FREE veut dire en anglais Building an Integrative Analytical System For Recognizing and Eliminating inEquities. Il s’agit d’un cadre mis au point par Mary Anne Burke et Margit Eichler pour identifier les biais qui découlent des hiérarchies sociales. Le cadre pose 20 questions qui indiquent des biais qui aident à maintenir des hiérarchies dans trois sections principales: H - maintenance d'une hiérarchie existante; F - l'échec d'examiner les différences; et D - utilisation des doubles standards.

Pour chacune des 20 questions de diagnostic soulignant les divers préjugés provenant de diverses hiérarchies sociales, la réponse affirmative aux questions de diagnostic augmente si le RM est présente. Un exemple de question est H1 Refuser la hiérarchie: l’existence d’une hiérarchie est-elle refusée en dépit de nombreuses preuves du contraire? Nous soutenons que la dynamique du RM permet de nier une hiérarchie basée sur l'information à laquelle on s'expose.

Nous constatons que très peu de questions de diagnostic pourraient également être réduites en raison du RM. Par exemple, la réponse Oui aux questions de diagnostic « Le point de vue ou le point de vue du groupe dominant est-il adopté? » et « Des normes sont-elles dérivées reconnaître la diversité; exclure les normes du groupe dominant et ensuite dérivées d'une hiérarchie sociale » pourrait diminuer dans certaines circonstances si le groupe non dominant n'écoutait tout simplement plus le groupe dominant. Cependant, une telle diminution de la réponse Oui à ces deux questions de diagnostic ne signifie pas que le groupe dominant accepte le groupe non dominant. De plus, la RM appliquée à la question diagnostique pourrait accroître la partisanerie et la polarisation et resterait donc négative.

Nous estimons qu'il pourrait être intéressant d'étudier et d'analyser en profondeur l'impact de la résonance magnétique sur les 20 questions de diagnostic de BIAS FREE. Par exemple, dans notre enseignement, nous utilisons le cadre BIAS FREE pour permettre aux étudiants d'identifier les biais existants dans la vie quotidienne et les informations auxquelles ils ont accès en ligne et hors ligne. Les étudiants voient cette tâche comme une révélation. Dans le futur, il pourrait être intéressant d’enquêter sur la présence du RM chez les étudiants en même temps que l'on leur donne la tâche du BIAS FREE.

Nous estimons que le cadre BIAS FREE pourrait constituer un axe intéressant dans diverses recherches sur la communication des risques, mais en particulier sur des groupes socialement dévalorisés, tels que les personnes handicapées. Nous soulignons dans l'article qu'il n'est pas si facile d'éliminer MR. Une façon d'atténuer les effets de la résonance magnétique est de prendre conscience de ses biais.

* Manel Djebrouni et Gregor Wolbring ont récemment publié « Motivated reasoning and disabled people » dans le journal Interdisciplinary Perspectives on Equality and Diversity.

Haut de page